ECHOBERYL, la quintessence de la Darkwave parisienne

Une génèse proche de l’ecthèse

Nous sommes en 2018. Des coincidences s’enchainant entre une hospitalisation pour accident de vélo et des retrouvailles après plusieurs mois vont souder deux êtres humains. Ce sont la chanteuse CECILIA DASSONNEVILLE et le musicien ADRIANO LACOANGELI. Leur musique veut associer le son de NEW ORDER et DEPECHE MODE à la voix légère de la chanteuse française FRANCE GALL. De même, ils veulent mixer les atmosphères cinématographiques des grands maitres TRUFFAUT et LYNCH.

 

Les albums s’enchainent…

Le duo parisien sort un premier album, “Apparition” le 27 juillet 2019. On y trouve les singles “Apparition”, “Broken Pieces” et “Rectangle”

Leur second album, “The Awakening of a Mutant Girl” parait le 21 août 2020. Le disque peut être considéré comme un film de science-fiction sans images contant l’histoire d’une mutante extraterrestre marginalisée en quête d’espoir. Il est question de dépassement des peurs personnelles, du désir d’évasion et de l’altérité. Pendant les huit mois de travail sur l’album, des tragédies d’ordre privées et des événements climatiques et sanitaires mondiaux dramatiques ont poussé ECHOBERYL à rendre le disque plus électronique et plus éclectique. C’est à l’image des singles “A Prey” en août 2020 et “Aliens” en décembre 2020.

Un troisième opus, “Mother Solitude and Other Dark Tales” fera son apparition le 29 octobre 2021. On pourra y retrouver “Salome (Suffer Me)”, le premier single paru le 30 juillet, ainsi que le second, “Medea’s Revenge” le 24 septembre dernier. Ce titre rentre dans mon classement perso le 26 septembre 2021 à la seconde place.

Voir le classement.

Laisser un commentaire