L’héritage musical du pasteur MARTIN LUTHER KING

Le chantre de la non-violence

Le pasteur baptiste MARTIN LUTHER KING JR. est né dans un sud Etats Unien ségrégationniste le 15 janvier 1929. C’était à Atlanta en Géorgie.  Ardent militant de la paix, de la non-violence et des droits civiques pour tous, il luttera toute sa vie pour défendre ces valeurs et se battra aussi contre la pauvreté. Il sera assassiné le 4 avril 1968 à Memphis dans le Tennessee, abattu sur le balcon d’un motel de la ville.

Un rêve qui perdure

La vie du pasteur inspire un certain nombre de chansons, dont “Pride (In The Name Of Love)” de U2. Trois jours après l’assassinat de MARTIN LUTHER KING, NINA SIMONE interprète une chanson écrite en hommage, “Why? (The King of Love is Dead)”. D’autres hommages musicaux sont confondus avec la mort du sénateur ROBERT KENNEDY, qui est tué deux mois plus tard: “People Got to be Free” des RASCALS, inspiré par KING et KENNEDY, puis plus tard dans l’année en août  DION a un succès avec “Abraham, Martin & John”, une chanson sur KING, KENNEDY et ABRAHAM LINCOLN. Même l’autre King ELVIS s’y met, avec une chanson intitulée “If I Can Dream”.

Les hommages les plus marquants à MARTIN LUTHER KING surviennent plus d’une décennie après sa mort, lorsque son héritage n’est pas lié à celui de KENNEDY. STEVIE WONDER mène une campagne réussie pour que l’anniversaire du pasteur pacifique soit déclaré fête nationale, avec son morceau de 1980 “Happy Birthday” écrit en son honneur. Le Président américain RONALD REGGAN finira par approuver le fait de créer le 2 novembre 1983 un jour férié au calendrier des USA.  Ainsi le troisième lundi de janvier de chaque année est désormais jour férié en hommage à la naissance de MARTIN LUTHER KING.

Dans les années qui ont suivi, des auteurs-compositeurs de tous horizons se font la réputation de MARTIN LUTHER KING. PUBLIC ENEMY plaide sa cause dans “By the Time I Get to Arizona” et RAGE AGAINST THE MACHINE sur “Renegade of Funk”. La communauté de la musique folk, une voix puissante pour le travail de KING de son vivant, est également présente, avec “Up to the Mountain” de PATTY GRIFFIN réfléchissant à son célèbre discours. Le hip-hop est parsemé de références à KING, avec la collaboration THE GAME / NAS “Letter to the King” expliquant comment ils sont apparus après des années d’indifférence juvénile.

Laisser un commentaire