NICK KAMEN, celui qui était sorti de l’ombre de MADONNA

Du mannequinat à la chanson.

L’idole des jeunes filles de la seconde moitié des 80’s et du début des 90’s n’est plus. NICK KAMEN nous a quitté le 4 mai dernier. C’est le compte Instagram de BOY GEORGE qui l’a annoncé le lendemain.

Né le 15 avril 1962 à Harlow dans l’Essex dans une famille de 8 enfants aux origines très diverses (néerlandaises, birmanes, irlandaises et anglaises bien sur) sous le nom de IVOR NEVILLE KAMEN, NICK démarre jeune dans le mannequinat en Angleterre, posant pour le magazine The Face dès 1984.

L’année suivante, on le voit dans une laverie dans une campagne pub TV pour Levi’s où la musique sélectionnée est le “I Heard It Through The Grapevine” interprété par MARVIN GAYE.

 

Des choeurs en or

MADONNA y jette un oeil et le prend en main dans le domaine musical. En effet, elle lui écrit les paroles de “Each Time You Break My Heart” et intervient dans les choeurs. Elle co-produit aussi la chanson avec son pote STEPHEN BRAY du BREAKFAST CLUB.

Avec lui, MADONNA réitère son expérience de choriste datant d’une époque où elle n’avait pas de notoriété internationale, l’époque où elle habitait 5 mois durant Mouscron, Lille, Paris ainsi que Marseille, chantait et dansait pour des artistes européens comme KAREN CHERYL ou PATRICK HERNANDEZ (en audition seulement pour lui)…

 

En Italie, des succès à gogo

La suite pour NICK KAMEN, c’est la reprise du “Loving You Is Sweeter Than Ever” des FOUR TOPS. On est en 1987 et cette nouvelle version de ce classique de la Motown se retrouve n°1 en Italie. 

Le chanteur réitère la performance durant l’été de l’année suivante avec le single “Tell Me”.

Si son second album “Us” est encore produit par un collaborateur de MADONNA, ici le grand PATRICK LEONARD, la suite c’est l’affranchissement.

En effet, dès 1990, NICK KAMEN écrit ses propres chansons et se fait produire par des anglais, comme MIKE PAXMAN sur son grand tube européen “I Promised Myself” qui se retrouve Top 5 des ventes en Allemagne, Belgique, aux Pays Bas et en Suisse, ainsi que n°1 en Autriche et en Suède.

 

Période asiatique

Dès 1988, Nick Kamen cartonne dans certains pays asiatiques comme la Chine ou Hong Kong. Par exemple “Bring Me Your Love” sera n°1 des airplay à Hong Kong en 1989 dans sa version cantonaise nommée “今夜你是否一人 (Are You Alone?)”.

 

Bascule vers l’oubli médiatique

C’est à partir de 1992 que l’artiste commence à perdre de son importance médiatique. L’album “Whatever, Whenever” sorti cette année là ne retrouve pas les charts, ni les deux singles qui en sont extraits.

On recommencera à parler de lui en 2004 avec un Remix du titre “I Promised Myself” qui se classe n°42 aux Pays Bas. Mais c’est surtout en 2018 que l’artiste fait beaucoup parler de lui avec la révélation d’un cancer et de tumeurs des tissus hématopoïétiques et lymphoïdes sur son compte Instagram.

Il se battra plus de deux ans contre cette terrible maladie jusqu’au 4 mai dernier où l’artiste s’éteint dans son domicile londonien.

Laisser un commentaire