Origines d’une soul plein écran

La Cinematic Soul combine les orchestrations instrumentales riches et variées mises en formes pour le cinéma avec la Soul music traditionnelle. Les instruments à cordes comme le violon ou le violoncelle ont la part belle. 

 

Shaft, initiateur de la Cinematic Soul

C’est en septembre 1971 que tout démarre avec le “Theme From Shaft” d’ISAAC HAYES pour la bande originale du film “Shaft”.

Ensuite, ce style de soul music va se développer en 1972 avec les tubes : “Papa Was a Rolling Stone” des TEMPTATIONS, groupe habitué à la Psychedelic Soul, et “Superfly” de CURTIS MAYFIELD issu de la B.O.F. de “Super Fly”. La Blaxploitation mettra en lumière de nombreuses musiques dans ce style.

 

Une évolution qui touche les artistes blancs

En 1976, le premier artiste blanc à s’intéresser à la Cinematic Soul c’est DAVID BOWIE. Son single “Stay” aux pulsions power rock donne une part belle à la Cinematic Soul par son instrumentation composée de percussions, basse, guitares électriques en cascades, minimoog et mellotron.

Au XXIème siècle, un autre musicien blanc, l’ex-MAGAZINE et ex-VISAGE, BARRY ADAMSON se lance dans la Cinematic Soul sur son album “The King of Nothing Hill” en 2002 sur le titre en ouverture du disque.